Une approche computationnelle du cadastre napoléonien de Venise.

Note de lecture :

Dans cette note de lecture, l’objectif est d’établir le résumer, la critique, et enfin la comparaison avec d’autres travaux portant sur un sujet proche de cet article. L’article ici étudié « Une approche computationnelle du cadastre napoléonien de Venise » mit en ligne le 1er mai 2021 sur le site internet https://journals.openedition.org/revuehn/1786#abstract fut rédigé par les chercheurs Isabella di Lenardo, Raphaël Barman, Federica Pardini et Frédéric Kaplan. Cet article résume le travail de recherche scientifique effectué de 2017 à 2021 par une équipe de chercheur Franco-Italienne. Ce travail de computation du cadastre de Venise stipule qu’au début du XIX siècle, l’administration napoléonienne imposa à la ville de Venise la mise en place d’un nouveau système de description standardisé pour rendre compte de manière objective de la forme et des fonctions du tissu urbain et des terres Vénitiennes. Le cadastre français, déployé à l’échelle européenne (du moins les pays intégrés ou satellisés de la 1re République Consulaire française et plus tard au 1er Empire) offre pour la première fois une vue articulée et précise de la structure de la ville, de son urbanisme et de ses activités grâce à une approche méthodique et à des catégories standardisées. De nos jours les techniques numériques, basées notamment sur l’apprentissage profond, permettent aujourd’hui d’extraire de ces documents une représentation précise de la ville et de ses habitants. En s’attachant à vérifier systématiquement la cohérence de l’information extraite, ces techniques évaluent aussi la précision du travail qui fut réalisé par des arpenteurs et des sondeurs de l’Empire (je précise que la période fut de 1804-1815.) et qualifient par conséquent, de façon indirecte, la confiance à accorder aux informations extraites. « Cet article revient sur l’histoire de ce proto-système computationnel, et décrit la manière dont les techniques numériques offrent de nos jours non seulement une documentation systématique, mais aussi des perspectives d’extraction d’informations cachés encore non explicitées; mais implicitement présentes dans ce système, d’information du passé. Cet article présente les recherches effectuées depuis plusieurs années sur le cadastre napoléonien établi en 1808 pour la ville de Venise. Dans la continuité de publications sur les méthodes d’extraction semi-automatique des formes géométriques dans ce type de document historique» (Ares Oliveira, Isabella di Lenardo et Frederic Kaplan 2017 ; Ares Oliveira et al 2019) citation paragraphe (1). (je précise que Venise fut satellisée à l’Empire français de 1805 à 1814.). Cet article explore les types d’analyses et de visualisations qui ont pu être produites sur le tissu urbain et la population de Venise dans les années qui suivent la chute de la République de Venise (je précise que ce fut le 12 mai 1797). Donc cet article explique que des chercheurs français et italiens ont cherché de manière heuristique (recherche et découverte scientifique) à établir un parallèle entre la méthodologie des arpenteurs du cadastre napoléonien en 1808 (qu’ils considèrent comme étant un proto-système computationnel) et une analyse informatique plus récente, qui apporte selon ces chercheurs, une documentation plus systémique, et la possibilité d’extraire des informations cachées non dévoilées au niveau parcellaire grâce à des données géométriques analysées par des logiciels informatiques.

Selon le paragraphe (2) l’article débute sur une remise en contexte historique du document étudié et sur une discussion des modalités pratiques de sa production. Il est, en effet, crucial, pour interpréter correctement le contenu administratif du document, d’associer à l’extraction des données la remise en perspective d’un processus logistique impliquant des standards et des techniques établis dans un contexte historique, et politique particulier. (je précise que ce contexte historique est la création du Royaume d’Italie, avec comme capitale la ville de Milan par l’empereur Napoléon Bonaparte, de 1805 à 1814.) «L’établissement du cadastre répond dans ce cas à une volonté administrative spécifique, liée à un nouveau calcul des recettes et dépenses de la ville. Par ailleurs, le cadastre vénitien de 1808, même s’il donne l’illusion de capturer un instantané historique, une photographie synchronique de l’état de la ville sur une année donnée, résulte en fait d’un processus d’enquête, de comptage, de correction et de documentation qui s’étale sur une durée beaucoup plus longue.» Donc ce qu’il faut prendre compte, c’est que le cadastre fut établi sur la situation urbaine et parcellaire de la ville, pour établir un nouveau calcul de taxe sur «les propriétés à usage personnel» citation paragraphe (51). Donc ce paragraphe nous permet de comprendre que la mise en place de ce relevé computationnel (calcul arithmétique par informatique) de la géométrie cadastral du bâti vénitien à prit en compte les données statistiques et géométriques établis en 1808 (il y a plus de deux siècles). 

Le paragraphe (4) dit que « l’article se conclut sur une première exploration géo-historique des structures que révèle ce document. Il s’agit de rendre compte de l’entremêlement spatial des fonctions de la ville et de l’articuler avec les typologies du bâti. L’analyse spatiale de la population elle-même, ainsi que les informations sur la propriété foncière des grandes familles vénitiennes, ne sont pas abordées ici et seront traitées dans un autre article. L’article illustre par contre la manière dont les informations géo-historiques sur la spatialité des fonctions de la ville peuvent donner lieu à des représentations dérivées, appelées ici cartes proxémiques, qui démontrent l’existence d’une information latente, non directement lisible dans les registres et plans de l’administration, mais qui peut être révélée par des visualisations calculées. Le cadastre napoléonien re-documenté par les techniques numériques devient à son tour la source de nouvelles cartographies de la ville du passé.» Donc ce paragraphe nous informe que le travail des chercheurs, c’est limité dans ce premier article à l’analyse spatial des fonctions de la ville et à établir une typologie (c’est-à-dire une classification scientifique) du bâti. Mais en revanche, cet article ne parle pas: de la démographie de la ville, de l’analyse spatiale de la population, et de la classification socio-économique des habitants de Venise. Ce qui finalement est dommage, car cela réduit l’intérêt scientifique du travail des arpenteurs du cadastre napoléonien du XIXe siècle. Pour les chercheurs en sciences sociales et humaines. Le texte nous apprend que la ville de Venise était intégrée dans le girond de l’administration française en 1806. Cette administration française à connu des réformes importantes pendant la Révolution après 1789. La nouvelle manière d’établir le cadastre par la République française impacta les relevés de mesures en France et plus tard dans le reste de l’Europe. Les entités administratives fonctionnelles furent classées selon des principes proto-statistiques dans lesquelles, par exemple, la taille de la population est déterminante. «Au sein de la population, l’analyse des catégories sociales et des niveaux de production est cruciale pour déchiffrer des systèmes urbains complexes et définir des stratégies de gestion de l’urbanisme. Cette transformation numérique des hiérarchies fonctionnelles et administratives s’éloigna définitivement de la perception symbolique et iconographique de l’espace urbain qui dominait sous l’Ancien Régime. En d’autres termes, depuis cette époque, les villes mesurent dès lors leurs importances respectives en fonction des catégories statistiques et quantitatives liées à la taille de la population et à la richesse effectivement acquise par le biais de l’actif fiscal, et non plus en fonction de l’aura d’un passé illustre et mythique qui aurait marqué l’histoire, de la présence d’un siège épiscopal ou des forces militaires dont elles disposent.» (Roncayolo 1987) citation paragraphe (5). Ce qui est intéressant dans ce paragraphe, c’est que Roncayolo explique au lecteur que depuis la Révolution française la méthode d’analyse des villes et de leur cadastre changea drastiquement et elle devint plus mathématique, plus géométrique, et plus statistique. Ce qui apporta alors une rigueur scientifique au cadastre français qui devint la norme en Europe.

Dans le paragraphe (10). Nous apprenons que « L’introduction de variables quantitatives est une clé pour l’analyse des données urbaines marque une révolution dans la subdivision fiscale (Bourguet 1988) ». Et motiva l’adoption du cadastre parcellaire à une grande échelle en Italie. L’introduction du cadastre, imposée par l’administration française, répondait en effet d’un point de vue théorique et pragmatique à la nécessité idéologique de répartir la contribution fiscale de manière plus équitable, suivant un objectif de proportionnalité en nette rupture avec l’arbitraire et l’irrégularité qui régnaient avant son introduction. Nous pouvons penser que l’objectif de l’État français était de mieux contrôler la gestion économique du Royaume d’Italie de 1805-1814, qui était un état satellite de l’Empire. Exemple avec « le Decreto n. 62, 1807 » voir paragraphe (15). Qui esquissa les principales lignes directrices en définissant l’unité de mesure et les outils à utiliser, et établit l’usage des registres fonciers correspondants. La rédaction de cette étude constitua le premier relevé cartographique systématique de l’ensemble de la ville de Venise. Alors les chercheurs qui ont rédigé le présent article avaient des sources cartographiques et des registres fonciers à dispositions pour établir de manière concrète leur expérience informatique la computation du cadastre de Venise ( ce qui fut le rôle de Frédéric Kaplan ). Mais avant de faire ce travail informatique il à fallut faire un travail de recherche historique et géographie urbaine au sein de sources primaires. Cela fut le rôle du reste de l’équipe ( Isabella Di leonadro, Raphaël Barman, Federica Pardini.).

Le paragraphe (12) est très intéressant historiquement. Il nous informe que l’année 1806 constitue l’étape initiale de la mise en place des principales dispositions administratives et cadastrales pour la ville de Venise. L’année suivante, la ville fait partie des chefs-lieux dont la fiscalité est redéfinie uniquement sur la base de critères quantitatifs. Avant ces transformations, les recettes municipales n’étaient pas basées sur un impôt individuel, mais uniquement sur la taxation des échanges. Ce système permettait à Venise de combler son déficit budgétaire avec les recettes provenant des innombrables taxes commerciales, notamment celle sur le transport par eau. « D’autre part, Venise, en tant que capitale d’un État, avait une gestion budgétaire propre. Elle n’avait ni dépenses ni recettes municipales au sens strict. Tous les mouvements comptables étaient affectés à l’État dans son ensemble » (Doria 2014).Donc ce paragraphe informe nous informe qu’elle était la situation fiscale et économique de Venise avant l’instauration de son administration cadastrale par ordre de la France. Et nous permet de comprendre la complexité de l’enquête cadastral à l’époque et donc le fait que certaines sources (utiliser par les chercheurs) pouvaient contenir des erreurs.

Le paragraphe (14) et (15) nous indique qu’une « commission assistée par l’architecte Giannantonio Selva est créée en 1807 » (Romanelli 1988, 42) pour dresser une carte sur laquelle fut dessinée la nouvelle structure de la ville, redéfinissant de nouveaux espaces publics qui résultent eux-mêmes d’une vaste campagne d’expropriation. Simultanément, fut tracé un relevé qui conduisit à la création des différentes planches du cadastre, appelé désormais napoléonien (figure 1 ). Pour réaliser ce nouveau plan géométrique de nos jours, une série de normes sont donc publiées. L’objectif est de codifier une restitution correcte des objets géographiques et urbains avec une même grammaire graphique en termes d’échelle et de couleurs. « De plus dans la même période, Eugène de Beauharnais ordonne un décret (Decreto n. 62, 1807) qui esquisse les principales lignes directrices en définissant l’unité de mesure et les outils à utiliser, et établit l’usage des registres fonciers correspondants. La rédaction de cette étude constitue le premier relevé cartographique systématique de l’ensemble de la ville.» Ce paragraphe est utile pour comprendre l’origine historique du cadastre napoléonien de Venise.

Le Paragraphe (32) explique comment les chercheurs ont fait pour extraire les informations de géoréférencement réalisé à l’aide de l’outil de géoréférencement du logiciel open source QGIS. Nous apprenons que pour chaque planche, entre 5 et 7 points de calage (point dont les coordonnées cartographiques sont connues et utilisées pour géoréférencement ou caler une carte ou un thème) ont été choisis en évitant les ponts, les quais et les réseaux routiers susceptibles de ne pas constituer des données stables dans le temps et en privilégiant les angles des principaux bâtiments historiques. Les planches géoréférencées ont été enregistrées au format GeoTIFF, qui permet d’ajouter des informations de géoréférencement à une image TIFF. Un réseau d’images combinant l’ensemble des planches appelé tableau d’assemblage, fut constitué pour permettre l’extraction automatique des géométries des parcelles ainsi que de leurs numéros d’identification pour faire le lien avec les registres. En 2017, une première étude sur l’extraction du cadastre napoléonien de Venise a montré des résultats prometteurs en matière d’extraction des parcelles et de reconnaissance des identificateurs. « Cependant, cette méthode était entièrement conçue comme un pipeline ad hoc, adapté à un cadastre particulier» (Ares Oliveira, di Lenardo et Kaplan 2017) paragraphe (35) La méthode utilisée dans cette étude est plus générique. Elle fait usage de l’apprentissage profond. ( le Deep learning : selon la définition l’apprentissage profond est un sous-domaine de l’intelligence artificielle (IA). Ce terme désigne l’ensemble des techniques d’apprentissage automatique, autrement dit une forme d’apprentissage fondée sur des approches mathématiques). C’est cette méthode qui fut utilisée pour modéliser des données afin de séparer les images du plan cadastral pour identifier les bordures des parcelles et les segments de texte les autres méthodes utilisant l’apprentissage profond pour la segmentation de cartes soit étaient moins performantes que des méthodes plus simples (Karabork et al. 2008), soit ne sont pas utilisées pour traiter des plans cadastraux et ne permettent donc pas d’extraire les géométries parcellaires (Uhl et al. 2020 ; Chiang et al. 2020). Donc nous comprenons que les chercheurs de l’article ont dû établir tout un programme informatique et numérique très complexe grâce à un expert en informatique (Frédéric Kaplan). Seuls, ils n’auraient pas pu le faire.

Le paragraphe (35) explique la technique informatique utilisée pour faire la computation. Le texte dit « Le réseau de segmentation utilisé est un réseau neuronal entièrement convolutif inspiré de l’architecture U-Net (Ronneberger, Fischer et Brox 2015). Un réseau ResNet-50 (He et al. 2016) est utilisé comme encodeur. Ce réseau est pré-entraîné sur le jeu de données Imagenet (Deng et al. 2009), ce qui permet d’accélérer son entraînement, réduit la quantité de données nécessaires et aide à la généralisation. Les détails de cette architecture générique sont développés dans l’article d’Ares Oliveira, Seguin et Kaplan (2018) Ici, le problème que nous pouvons observer est que les explications décrites par les auteurs de cet article sont très complexes à comprendre. En effet, les termes, les expressions employés sont beaucoup trop spécialisés et cloisonnés dans le langage informatique pour être comprises par des lecteurs non-initiés. Donc ce qu’il faut comprendre. C’est que le terme réseau de segmentation utilisé est un réseau neuronal entièrement convolutif inspiré de l’architecture U-net, signifie que les données et les mesures informatiques obtenues par les chercheurs, ont été réalisés par un réseau de neurones convolutifs.Or, qu’est-ce qu’un réseau de neurones convolutif ? selon la définition, c’est une méthodologie similaire à celle des méthodes traditionnelles d’apprentissage supervisé : ils reçoivent des images en entrée, détectent les features (caractéristiques) de chacune d’entre elles, puis entraînent un classifieur d’image dessus. Ce réseau neuronal convolutif est inspiré de l’architecture numérique U-Net qui est un réseau utiliser comme encodeur. Mais qu’est-ce qu’un encodeur ? Et bien d’après la définition, c’est un matériel informatique capable de saisir de l’information, de la coder et de la stocker sous forme numérique, directement exploitable pour les lecteurs. Donc ce qu’il faut comprendre, c’est que ce réseau pré-entraîné est censé réduire la quantité de données numériques nécessaires pour numériser les cartes cadastrales de Venise et doit aider à la généralisation de ce procédé de computation. Ainsi, en conclusion de ce paragraphe, nous voyons à quel point le vocabulaire employé ici est très complexe. Il est plus approprié pour des chercheurs et scientifique en informatique et numérique donc un vocabulaire proche des sciences dure. Alors que le titre du sujet une approche computationnelle du cadastre napoléonien de Venise. Nous informe qu’il peut y avoir de l’informatique, mais les lecteurs s’attendent en fait à lire un travail contenant des faits historiques et géographiques sur le cadastre et la ville de Venise établie sous l’Empire napoléonien. Donc les lecteurs de cet article s’attendent à trouver un vocabulaire plus simple et plus proche des sciences humaines, or cet article utilise un vocabulaire cloisonné à la science informatique. Rendant donc ce travail scientifique difficile à interpréter pour un public non averti.

Les Paragraphes (38) et (39) nous montrent que « la performance de l’extraction géométrique est mesurée par un calcul d’IoU (intersection over union) comparant les géométriques extraites avec 17 000 géométries annotées. Pour une valeur seuil de IoU > 0,5, le niveau de rappel est de 94 % et la précision de 55 %. Cela signifie que plus de 9 géométries sur 10 ont pu être extraites automatiquement. Donc nous pouvons comprendre que ce travail de computation des données cadastrales fut effectué par extraction géométrique effectuée par des logiciels, et que 94 % le résultat plus faible en matière de précision s’explique essentiellement par des extractions plus imprécises sur le réseau viaire et les canaux. Concernant la transcription des numéros de parcelles, la précision obtenue est de 92 % et du rappel de 50 %. Les résultats détaillés sont présentés et discutés dans Ares Oliveira et al (2019).» Cette méthode effectue donc une extraction automatique de la géométrie parcellaire et attribue un numéro parcellaire aux géométries. Elle permet d’obtenir un fichier vectoriel au format GeoJSON. Dans ce fichier, les géométries des planches ont été identifiées et associées comme attribut identifiant de la parcelle. Le fichier GeoJSON résultant peut ensuite être importé dans un système d’information géographique, et peut être traité et exploité dans d’autres formats, tels que shapefile. Une correction manuelle des formes, des ajouts, des oublis et des erreurs de numéros doit être réalisé par les chercheurs. Cela montre que les données géométriques ont été mesurés par un calcul complexe appelé calcul d’intersection sur union. Ce calcul a comparé les géométries extraites avec 17 000 géométries annotées. Cela nous prouve qu’il eut un travail de computation des données cadastrales effectué par des logiciels, et qu’il fut une réussite à 94 %. Ensuite, que la transcription des numéros de parcelles par ces mêmes logiciels fut précise à seulement 92 % avec un rappel de 50 %. Puis nous comprenons qu’une extraction automatique de la géométrie parcellaire et l’attribution d’un numéro parcellaire aux géométries fut établie. Non pas par les chercheurs, mais par les logiciels informatiques eux même. Puis par la suite cela à permis d’obtenir un fichier vectoriel (selon la définition: c’est un fichier avec des images graphiques qui peuvent être agrandies ou réduites à l’infini sans perte de qualité. Cela s’explique par le fait que ces fichiers sont constitués de vecteurs et non de pixels en bloc.) Dans ce fichier vectoriel les géométries des planches (cartes du cadastre) furent identifiés et associés comme identifiant de chaque parcelles présentes sur le cadastre napoléonien de Venise. Tout cela permet aux chercheurs de cet article, mais aussi aux scientifiques d’autres universités de pouvoir lire ces données cadastrales au format GéoJson (un format ouvert pour les données géospatiales). Il est adapté au langage de programmation simple: Java Script, Json, Object Notation. Donc un format soit disant simple d’utilisation pour les gens ayant des bases en informatique. Ainsi, nous pouvons voir que ce travail effectué par les logiciels est très impressionnant et peut faciliter le travail de beaucoup de chercheurs (en histoire, en géographie urbaine). Cependant, ce travail computationnel n’a pas été parfait à 100 %. Nous voyons que des corrections manuelles des formes et des oublis ont du être effectué par les chercheurs de l’article pour être ajouté dans le logiciel d’information géographique. Donc nous comprenons que les logiciels informatique avec un système neuronal convolutif ont facilité le travail, mais ne sont pas parfait, et que seul l’humain est parfaitement capable de faire ce travail d’analyse et de computation du cadastre vénitien. Donc le savoir faire humain reste la meilleure méthode.

Le Paragraphe (41) de l’article explique que les donnés cadastrales furent extraites par deux procédés. Le premier fut l’extraction automatisée et corrigée des géométries sur plan cadastral. Donc il faut comprendre que c’est un logiciel qui a analysé les données cadastrales tout seul grâce à la mise en place par l’expert informaticien Frédéric Kaplan, d’un système neuronal convolutif des données géométriques parcellaires grâce à l’attribution d’un numéro parcellaire et la création d’un fichier vectoriel, qui à permit de délimiter les géométries des planches (cartes) du cadastre. Le deuxième procédé utilisé fut la transcription manuelle des registres tabulaires. C’est-à-dire que les chercheurs ont fait un travail de collecte et d’extraction des tableaux de données du cadastre sans utiliser de logiciel automatique, mais en le faisant manuellement. Ensuite, dans le paragraphe (42) nous n’apprenons que pour ce travail de transcription. Les données d’extractions furent soumises à 3 règles de contraintes que les chercheurs ont établies pour s’assurer de la cohérence des données extraits des registres et des cartes. Cette partie explique la méthodologie employée pour sélectionner les numéros de registres cadastraux cohérents et fiables afin de trouver et de retirer les erreurs commises par les arpenteurs du cadastre vénitien au XIXe siècle. Donc ce travail scientifique a été fait par les logiciels autonomes et aussi par l’intellect des chercheurs. D’après les chercheurs qui ont rédigé cet article scientifique ; il semble qu’après-avoir établie leur critère de sélection des données : des numéros de registres cadastrales cohérentes et fiables. Ils ont découvert que 40 numéros des registres présentaient des violations des règles de contraintes préétablies sur l’extraction des données. Au final, la quarantaine de violations de cette contrainte a pu être résolue en regardant les descriptions des doublons dans le registre et en les faisant correspondre au bon numéro. Donc il y eut 40 numéros de registres établis comme mauvais ou doublons sur 15 700 numéros de registre totaux. Ainsi, nous pouvons comprendre que les arpenteurs italiens commirent très peu d’erreurs pour l’époque. (40/15700 c’est vraiment infime.) C’est donc un travail de bonne qualité qui fut effectué pour établir le cadastre de Venise. Cela s’en doute grâce: à la méthodologie, aux outils, aux normes, établie par l’administration impériale française.

L’article nous dit que lettres comprises, sur les 15 851 parcelles du registre, 15 795 ont été placées sur la carte. Cela correspond à 23 428 entrées sur les 23 352 entrées retranscrites, c’est-à-dire 99,67 % Il est important de noter que seules les correspondances ont été corrigées et que les géométries sont pour la plupart issues de l’extraction automatique. Ainsi la méthode informatique du système neuronal convolutif calculant les données géométriques parcellaires a été une réussite. Cependant, le procédé décrit dans la partie précédente permet d’obtenir automatiquement dans un système des géométries parcellaires, ainsi que le contenu brut des entrées correspondantes dans le registre. Afin de pouvoir réaliser une analyse plus fine des catégories, il est nécessaire de procéder à une extraction de certaines informations présentes dans le texte transcrit. Donc quatre genres d’informations ont été extraits pour faire la sélection établie par les chercheurs. Et pour chacune de ces catégories et chacun de ces mots-clés, les entrées pertinentes ont été affinées manuellement afin d’éliminer tout faux positif. Ainsi, nous pouvons estimer que malgré l’efficacité du programme informatique qui a aidé les chercheurs ; l’intelligence humaine est toujours de mise pour éliminer les erreurs possibles, les machines ne sont pas parfaites et l’intelligence humaine à encore de beaux jours devant elle.

Au paragraphe (51) l’article parle de l’agencement multifonctionnel de la ville. L’article stipule que « l’analyse de l’agencement des fonctions de la ville, c’est-à-dire l’agencement urbain observé non pas du point de vu de la gémétrie et de l’espace (layout, Martin, March 1975), mais des fonctions (multi functional layout, Concina 1982) ». Les chercheurs ont dû classer des objets urbains selon les catégories spécifique puis appliquer la fiscalité correspondante. À partir du Paragraphe (51) de l’article. Nous apprenons que les chercheurs ont découvert comment était agencé Venise au XIXe siècle. L’article nous explique que pour l’agencement de cette ville, ce ne fut pas un agencement urbain établi sur des faits géométriques, mais sur des fonctions de la ville. C’est cet agencement spécifique qui fut pris en compte par les chercheurs, afin de classer les objets urbains selon les catégories spécifiques pour y appliquer la fiscalité correspondante. L’administration française encadra cette création cadastrale, dans le but de discrétiser l’espace urbain des fonctions, pour faire un classement sans mal entendu. Ainsi, l’article explique que ce furent les droits d’utilisation de chaque parcelle qui ont été pris en compte (propriétés à usage personnel et propriétés louées). Donc, lors de la création du cadastre, il y eut une séparation entre les propriétaires et les locataires (eux ne furent pas pris en compte dans les registres à cause de leur inutilité fiscale). Donc cette analyse à permis de documenter le travail des chercheurs sur les foncions définies par les rédacteurs de l’agencement général de la ville de Venise depuis des siècles. Exemple: la maison (casa 17 738 mentions) est l’élément le plus pertinent, puis les boutiques (bottega 3288). Ensuite les coures (corte 2735) et les entrepôts (mazzino 1572) tous ces éléments permettent au sein du cadastre de faire le distinguo habitat habité et habita de commerce de détail. Et de créer le plan de la figure 8. (voir sur le site) Agencement multifonctionnel de la ville de Venise (Ce plan est composé d’un diagramme très clair et assez didactique pour nous les lecteurs. Il montre de manière synthétique l’agencement complexe des combinaisons de fonctions urbaines de Venise). Or, cela montre aux lecteurs à quel point le travail d’analyse des chercheurs fut méticuleux et complexe. D’où la volonté de mettre en place cette computation des données cadastrale pour gagne du temps dans les recherches.

Grâce à l’analyse du cadastre réalisé par les chercheurs il est désormais possible d’établir une analyse de la spatialisation des Sestieri (quartier du centre historique de Venise divisé en six) . L’article nous apprends que des spécifiés urbaines existaient à Venise au 19e siècle. Des entités définissent en effet différentes typologies architecturales qui caractérisent la résidence par rapport aux boutiques. L’article parle du fait qu’un urbanise avec des parcelles développées et un habita dispersé semble être apparut vers le Nord-Ouest de Venise à partir du XIXe siècle. De plus la connexion terrestre entre Rialto et Piazza San Marco, la calle delle Mercerie, ainsi que les plus anciennes calli du sestiere de San Marco, la calle dei Fabbri et la calle della Frezzeria, ainsi que le chemin qui relie le Rialto au cœur du quartier de San Polo, parallèle au Grand Canal. Nous permet de comprendre le fonctionnement urbanistique des Sestieri. L’article nous montre la dissémination des boutiques dans le sestiere de Cannaregio, on retrouve une logique intéressante, qui met en évidence un parcours régulier serpentant à travers les calli, et que l’on peut presque superposer à l’actuelle Strada Nuova, dont la percée n’a commencé qu’en 1818, dix ans après la rédaction du plan cadastral (figure 13). Ensuite Dans le sestiere de Castello, on observe sur les quais du canal Rio de Castello un axe commercial détaché du réseau viaire et situé à l’extrémité de Venise qui desservait le quartier des petits commerces de détail. En 1807, ce canal est comblé et renommé Via Eugenia, comme on peut le voir sur le plan du cadastre. Cette est devenu l’actuel Rio Terà Garibaldi, que l’on voit sur la figure 14. Cette connaissance de l’Agencement multifonctionnel de la ville de Venise, et notamment de ses Sestieri est une re-découverte de la mythique ville grâce aux données géométriques cadastrales et au travail des logiciels et de la computation effectué par l’équipe de chercheur. Au final la fin de l’article nous montre les cartes proxémique de la ville de Venise et tous les découvertes urbanistiques qui ont été dévoilé par cette équipe de chercheur Franco-Italienne, et grâce à leur travail archivistique et informatique. Cela nous montre tout l’efficacité de leur travaux scientifique, réalisé depuis 2017.

En Conclusion, cet article explique que des chercheurs français et italiens ont tenté de manière heuristique (recherche et découverte scientifique) d’établir un parallèle entre la méthodologie des arpenteurs du cadastre napoléonien en 1808 (qu’ils considèrent comme étant un proto-système computationnel) et une analyse informatique plus récente, qui apporte selon ces chercheurs, une documentation plus systémique, et la possibilité d’extraire des informations cachées non dévoilées au niveau parcellaire grâce à des données géométriques analysées par des logiciels informatiques. Ensuite cet article nous a permis d’apprendre une partie de l’histoire de la célèbre ville au XIXe siècle. À travers l’explication du pourquoi et du comment de la réalisation de son cadastre de style napoléonien fut fait par des Italiens, sous la direction des autorités impériales françaises (la commission de la ville, et l’architecte Glaiannantonio Selva.) Ce qui est très intéressant à savoir pour les amoureux de la ville et de son histoire. Les paragraphes (10) à (15) nous ont informé que le travail des chercheurs, c’est limité dans ce premier article à l’analyse spatial des fonctions de la ville et à établir une typologie du bâti. Le texte nous à enseigné que la ville de Venise était intégrée dans le girond de l’administration française en 1806. Cette administration française à connu des réformes importantes pendant la Révolution après 1789. La nouvelle manière d’établir le cadastre par la République française impacta les relevés de mesures en France et plus tard dans le reste de l’Europe. Les entités administratives fonctionnelles furent classées selon des principes proto-statistiques dans lesquelles, par exemple, la taille de la population est déterminante. Puis nous avons lu les terribles et incompréhensibles paragraphes (32) et (35) qui nous ont montré à quel point un vocabulaire, un jargon disciplinaire très poussé et très cloisonné est un vrai frein pour les lecteurs venants d’autres disciplines et sciences. Après avoir lu cet article, nous avons pu comprendre l’intérêt scientifique de ce sujet. Tout d’abord l’intérêt historique en cherchant, en regroupant et en analysant les informations, les archives du cadastre napoléonien de Venise. Pour les historiens, les géographes, les guides conférenciers de la ville, les passionnés de la mythique ville des Doges, des gondoles et canaux. Et ensuite l’intérêt scientifique et heuristique pour le développement de programme et logiciels informatiques élaboré pour la recherche et les milieux universitaires. Cet article se termine sur la vérification des extractions par la méthode des contraintes et l’analyse des agencement multifonctionnel de la ville. Et la création d’excellentes cartes proxémique des quartiers historiques de Venise. Tout cela fut très intéressant à découvrir, notamment l’agencement des Sestiere de Venise il y a plus de deux siècles. Ce travail fut réaliser avec peu d’erreurs grâce aux données statistique et géographiques des planches et des registres du cadastre effectué avec de très bons résultats pour l’époque du XIXe siècle par les arpenteurs de la ville. Ces données qui furent analysées, intégrer, puis computer, par les logiciels informatiques mit en place par les membres de cette équipe de chercheurs. Donc nous pouvons dire que ce travail Gargantuesque est une réussite pour l’équipe de chercheurs, que ce soit du point de vue des historiques, géographique, et surtout numérique. Le seul problème, finalement, est la médiation, l’explication du travail et de la méthode qui est trop complexe à comprendre pour un public lambda ne possédant pas suffisamment d’expérience dans la science et le vocabulaire informatique. FIN.

MAXIME CHAUSSEC





Citer ce billet
maximechaussec (2022, 28 septembre). Une approche computationnelle du cadastre napoléonien de Venise. Carnet de recherches des étudiants EHST. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r45a

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search