Retour sur le séminaire de Julien Larregue du Département de sociologie (Université Laval) intitulé : « Héréditaire. L’éternel retour des théories biologiques du crime », et qui a eu lieu le jeudi 10 novembre 2022 à 17h30, (zoom à distance depuis Canada pour Brest et Nantes)

Julien Larregue  traite la question de la biologisation du crime à travers la réapparition de la criminologie biosociale aux états unis écartelée entre désir d’autonomie et une interdisciplinarité indispensable héritant des aventures et mésaventures de la criminologie en général de laquelle elle est née et qui reste inévitablement dominée par les sociologues.

En effet, « l’éternel retour » est discutable dans la mesure où depuis Cesare Lombroso et sa théorie du criminel-né, les théories biologiques du crime ont marqué constamment, certes en dents de scie, mais elles ont affecté sans discontinuer l’histoire de la criminologie depuis son aurore que nous pouvons d’ailleurs située à bien plus loin que Cesare Lombroso inspiré (entre autres) de Charles Darwin et sa conception linéaire de l’évolution et de Franz Gall et sa phrénologie, etc. Ça remonte à l’Antiquité, à Homère quand il fait le portrait de Thersite décrivant sa violence verbale, son comportement agressif…, à Salomon quand il proclame (dans L’Ecclésiaste, le livre de la Bible hébraïque et donc de l’Ancien Testament, XIII, 31) que le cœur change les traits du méchant un peu comme la corruption de la nature par le péché selon les sentiments de Saint Augustin, à Aristote aussi qui assume que quelques êtres sont par nature des esclaves…, et enfin —mais il y a sûrement d’autres exemples— chez le philosophe médecin musulman Avicenne (Ibn Sina en persan) (né en 980 ap. J.-C) qui lui aussi a décrit la physionomie de l’homme criminel en se basant principalement sur des normes et règles doctrinales, sociales, cultuelles et relationnelles édictées par la Révélation, ou la connaissance divine :

Sourate 55 du Coran en arabe, Ar-Rahman (Le Miséricordieux) : Ar-Rahman est une Sourate médinoise dont le nombre de versets est de 78. https://surahquran.com/french-aya-41-sora-55.html

Et en remontant ainsi dans le temps, j’ai remarqué chemin faisant qu’en plus de la charge politique de ces théories biologiques du crime —traitée par Larregue et analysée avant lui par le sociologue Maurizio Meloni dans son livre paru en 2016 chez Palgrave Macmillan et intitulé « Political Biology : Science and Social Values in Human Heredity from Eugenics to Epigenetics » et  qui est  d’ailleurs une réflexion, à mon avis, plus historique que celle de Larregue sur la malléabilité politique des savoirs issus de la génétique— il y a une dimension religieuse indéniable. C’est pas juste la science qui s’invite à la barre, il y a aussi la religion, et sur ce plan les exemples ne manquent pas ; de l’inquisition (ou le tribunal pontifical contre l’hérésie), de la physiognomonie lavatérienne (Johann Caspar Lavater, XVIIIe siècle) aux racines de laquelle se trouvent le sacré, à l’euthanasie en passant par l’avortement, le mariage homosexuel, etc., la religion, qui jadis prenait en charge l’aspect moral ou mystique de l’homme…, s’invite, elle aussi, aux prétoires et les textes législatifs et réglementaires, voire beaucoup plus que ce que n’importe quelle science ou pseudo-science n’aurait jamais espéré, et avec des enjeux, des contraintes et des répercutions encore plus décisifs.

Les églises chrétiennes n’ont jamais été récalcitrantes par rapport à l’usage de l’instrument juridique ; aux États-Unis —pour ne pas trop s’éloigner non plus du périmètre justifié posé par Larregue—, malgré une histoire tachée de sang, notamment celui des milliers d’afro-américains étiquetés, massacrées sous ordre des vétérans sudistes après la guerre de Sécession (1867), les églises, comme le souligne le sociologue Coulmont Baptiste, participent intensément aux diverses procédures judiciaires américaines, qui leur servent de forums de dimensions variables. (cf. Coulmont Baptiste, « Devant Dieu et face au droit ? Le mariage religieux des homosexuels aux États-Unis », Critique internationale, 2004)

La religion hindoue, en Inde et dans d’autres pays d’Asie du Sud, est derrière la discrimination fondée sur l’ascendance des dalits, communément appelés les « intouchables ». Selon les Nations Unis, dans certains pays, cette stigmatisation raciale transparaît non seulement dans les institutions, les structures sociales et la vie de tous les jours, mais elle est également établie fermement par la loi (cf. Beena Pallical, «Les dalits : destinés dès la naissance à une vie de discrimination et de stigmatisation», 2021, https://www.ohchr.org/fr/stories/2021/04/dalit-born-life-discrimination-and-stigma). Un autre exemple, en Tanzanie, pas la peine d’aller aux tribunaux, pas la peine d’invoquer la science —quelle soit vraie ou fausse— à la barre pour savoir s’il s’agit d’une anomalie génétique ou pas ; il n’est pas nécessaire d’aller plus loin que la couleur de l’enveloppe cutanée pour mutiler, voire massacrer les albinos suivant des croyances ou des cultes, c.-à-d. les prescriptions des guérisseurs, sorciers ou devins, appelés waganga en Swahili, consultés pour des problèmes allant de la vache tarie à l’épouse abstinente, et qui, là-bas, valent quasiment mieux que toutes les sciences aussi “véritables” soit-elles. Aux pays arabo-musulmans du droit révélé, c’est encore plus flagrant dans la mesure où dans ces contrées, ce qui fait la loi tout bonnement ce sont les discours incantatoires, les idéologies aux allures spirituelles fondées sur un contrat social qui n’a jamais existé…

Des ONG luttent contre les violences dont sont souvent victimes les albinos en Afrique. Dans un hôpital de Philadelphie, Mwigulu Matonange et Baraka Cosmas, deux jeunes Tanzaniens atteints par la maladie, ont bénéficié de prothèses gratuites grâce à l’action du Global Medical Relief Fund.
PHOTOGRAPHIE DE STÉPHANIE SINCLAIR

Ces théories ne seraient discréditées en Europe et aux USA qu’après la deuxième guerre ayant été  récupérées par les idéologies fascistes et nazies. Mais cette disqualification sera de courte durée. En effet, dans la période d’après-guerre à compter des années 50 puis 60 —mais peut-être un peu plus tard dans les années 60-70— il y a eu un premier mouvement en considération d’une inclination criminologique que l’on pourrait qualifier de biosociale et qui va échouer à se manifester nettement. Il va falloir attendre les années 2000 pour parler de cet envol ou réitération “surprenante” plus ou moins réussie, surtout du point de vue de l’autonomisation ou la sortie très partielle de la domination des sociologues au sein du champ criminologique. Il y aura aussi, notamment suite au caractère hétérogène du courant biosocial,  des conflits internes qui vont donner lieu à une fracture entre « nature» et « culture » c.-à-d. des criminologues biosociaux pro-environnementaux (ou pro- environnement) opposés à des criminologues biosociaux pro-génétiques (ou pro-génétique) moyennant des méthodes relatives aux gènes (à l’hérédité) qui s’elles ne sont pas désuètes ou peu crédibles (comme les Twin Studies) relèvent plus du mythe que de la science (comme l’épigénétique) ce qui va leur porter préjudice, en particulier au niveau du sérieux ou de la pertinence des recherches produites, en plus du fait qu’ils demeurent maintenus au diable Vauvert à bonne distance des universités prestigieuses, aux antipodes des neurosciences par exemple, éloignés des données de première main (contrairement aux généticiens du comportement entres autres), écartés des savoirs plus ou moins pointus comme les neurosciences encore une fois, ainsi que des moyens financiers et matériels comme le séquenceur d’ADN ou de génomes, l’imagerie cérébrale ou par résonance magnétique par exemple, etc. et c’est ce qui fait qu’ironiquement, la criminologie biosociale, au final, demeure programmée à l’obsolescence, condamnée à répéter éternellement le même schéma, et à se voir en recherche perpétuelle de reconnaissance et de lumière toujours obstruée, sinon ombragée, par la domination des sociologues qui eux restent imperturbables et maîtres des lieux.

Donc, il n’y a pas de retour qui tienne. De Même il a toujours eu une antinomie entre l’aspect théorique de la criminologie et son côté appliqué ou pratique, figurant une tension perpétuelle que Larregue n’aborde pas non plus alors qu’il s’agit là d’un sujet important qui s’il avait été traité on aurait pu en savoir, par exemple, sur l’intérêt de tous ces savoirs, leurs usages ; faut-il les classer définitivement  dans la case “théories” ou les mettre à l’épreuve, en pratique ? Si oui, comment ? en matière d’anticipation ? de punition ?, etc.

D’autre part, quand j’ai qualifié tout à l’heure ce retour, notamment celui des années 2000, par “surprenant” c’est surtout du point de vue de Larregue qui nous fait comprendre qu’effectivement son projet était parti d’une surprise de sa part par rapport au retour des théories biologiques du crime ; alors qu’il suivait par le passé des études en droit pénal, il lui arrivait d’avoir des cours sur l’histoire de la criminologie et compagnie, desquels il aurait retenu que les théories biologiques du crime étaient, en somme, l’ombre des autres. Il serait, donc, resté dans l’ensemble sur la théorie selon laquelle depuis moult —et deux ou trois réapparitions un peu plus contemporaines, mais pourtant lointaines— les chercheurs en général, autant en sciences sociales qu’en sciences biologiques, n’avaient plus vraiment pausé cette question puisque c’était acquis pour tout le monde qu’il n’y avait pas de fondement biologique au comportement criminel. Donc, tout son projet, toute sa problématique découle de là, à savoir un retour perpétuel, qui plus est inattendu. La question du retour est discutée dans ce qui précède, alors que « l’éternel retour » renvoie bien évidemment au concept de Nietzsche hérité des Stoïciens ou Épictète (« tout ce qui arrive est déjà arrivé et arrivera de nouveau »)…, c’est-à-dire, accepter la vie telle qu’on la vit, ne pas nourrir de rancœur, de déception qui est l’antonyme de la surprise. Donc, « l’éternel retour », ad vitam æternam, n’est jamais surprenant. De même, si Larregue s’était rappelé la philosophie nietzschéenne, il n’aurait, peut-être, pas donné aux criminologues biosociaux les traits de « petits hommes » (voir aussi : Choulet Philippe, « Nietzsche et le diagnostic de “misarchisme” : le travail de sape du nihilisme », Philosophique, 2022) dressés contre le «Social», lancés dans une vendetta largement idéologique cherchant à reconquérir ou en quête de revanche vis-à-vis des sociologues, d’une morale proche, à certains égards de « la morale d’esclave » jouxtant le « Nihilisme » contesté par Nietzsche justement.

D’ailleurs, comme l’insinue l’historien philosophe géographe Arabe du XIVe siècle (d’origine yéménite) Khaldûn Al-Hadramî, connu sous le nom d’Ibn Khaldun (1332-1406) : la soudaineté (Al-Fujayiya en Arabe classique…‘Non, ce n’est pas une nouvelle chanson aux onomatopées autotunées d’Aya Nakamura !’) qui surprend, étonne ou déconcerte par son caractère inattendu ou improviste n’existe pas en Histoire. Donc, il n’y a jamais de retour qui puisse surprendre un Historien en tout cas qui, à force de fréquenter l’Histoire, a fini par acquérir cette qualité d’être septique ou pessimiste comme le dit l’autre grand historien Jean Delumeau qui ajoute, en plus, que « nous avons abandonné le rêve d’une société rendue meilleure grâce à la science et à la technique. Nous répétons l’attitude que nous avions au début de la modernité. Je ne sais pas si on peut aller au-delà de cette constatation. » (cf. Delumeau Jean, « La peur et l’historien », Communications, 1993) … Mais on va dire que Larregue est avant tout un sociologue. D’ailleurs, son séminaire relève plus de la sociologie des sciences, comme en témoignent ses nombreuses références à cette discipline, que de l’Histoire. Je dirais même que son séminaire n’est pas du domaine de la biologie non plus ; il y est question de « théories biologiques du crime », pourtant les criminologues (biosociaux) sont loin d’être des biologistes, ils n’ont en pas les connaissances nécessaires comme celles que peuvent avoir les neurobiologistes par exemple, et les psychologues, qui sont introduits sous le statut de « généticiens du comportement », ne sont pas plus formés à la génétique que les criminologues. Ainsi, déjà là, ça défait complètement ce que l’on entend par « biologie ». D’autant plus qu’il n’y a même pas d’interactions ou ponts de collaborations que nous pouvons qualifier de scientifiques entre sociologie et sciences sociales, et sciences biologiques (ou biologie tout court). Ce manquement de la part de Larregue donne lieu à quelques conclusions plus ou moins hâtives ou superficiels, alors qu’il faudrait pas trop se précipiter sur des choses qui paraissent évidemment intéressantes pour les sociologues, mais qui sont scientifiquement encore en train d’être formés. Ces techniques ne sont toujours pas scientifiquement fiables ou valides. S’y ajoute la part du fantasme (ou les mirages de l’économie des promesses) qu’implique le périmètre géographique justifié qui est les USA et auquel Larregue s’est limité en y ajoutant tout de même (principalement dans son livre paru en 2020 chez Le Seuil et qui est du même titre que le séminaire) quelques exemples pertinents de ce qui se fait en France ou en Italie. Les USA de l’imaginaire collectif véhiculé par les médias et la « pop culture » fondamentalement sous formes de séries cultes dans la lignée de NCIS, CSI : Crime Scene Investigation, ou le septime Art exploitant la science fictionnelle sous fond de vérités romanesques (e.g. le film Minority Report réalisé en 2002 par Steven Spielberg en se basant sur la nouvelle de science-fiction de Philip K. Dick publiée en 1956) et autres déclinaisons qui nourrissent autant de mythes boursouflés et véhiculés sous forme d’utopies vraisemblables, etc. qui engendrent plus d’a priori que de faits ou d’a posteriori, et qui amplifient la part indéniable de l’illusion que la génétique aurait bien aimé s’en passer. C’est fascinant, c’est attractif, etc. mais ça fait rêver les somnambules justement, donc à certains égards c’est en déphasage, ou du moins ça éloigne davantage de la réalité telle qu’elle est vécue au jour le jour nommément sur les autres contrées dont l’Afrique de “la nuit noire où toutes les vaches sont grises”. Je suis, de surcroît, pour les savoirs “de proximité” à la portée de toutes et de tous et à intérêt universel si possible. Que  des jeunes africaines et africains par exemple peuvent eux aussi figurer facilement dans leur tête pour mieux assimiler, voire palper, voire appliquer chez eux, pour résoudre les problèmes qui les touchent de prêt ou de proche mais qui pourraient les impliquer ; des soucis à l’africaine enfin, qui aux USA de la démesure feraient état de catastrophe effroyable…

De même que le concept (ou la notion) « biologie », le concept « crime » impliquant le châtiment qui s’y rapporte ne fait pas l’unanimité ; à partir du moment où l’on s’intéresse à l’histoire moderne du crime et du châtiment d’un point de vue agnostique, ou du moins réaliste, il parait incontestable que l’acte antisocial le plus abject n’est autre que l’iniquité dont se comporte la justice en personne. Et combien même les éléments criminogènes élucidant “l’infraction pénale” sont légion (à supposer qu’il est possible de se mettre d’accord sur ce que l’on veut dire par là : une tendance naturelle à perpétrer un crime ? Le Acting-Out ? …), pas un ne saurait être établi comme élément causatif, c.-à-d. décisif selon les lois scientifiques. L’association des normes de “responsabilité pénale” et de “dangerosité” demeure équivoque dans la littérature scientifique. Pareillement, la définition de la justice ne fait pas consensus ; le système actuel, élaboré en invoquant la “justice”, a perpétuellement œuvré d’une manière déformée, fallacieuse, détournée de son but originel  vis-à-vis de la religion (comme nous venons de voir), de la strate sociale ou caste (l’exemple de l’Inde traité précédemment), du genre, etc.

Les concepts « lois » et « droits » s’il y en a, ne sonnent pas bon dans toutes les oreilles de par le monde, la vie humaine n’a pas la même valeur partout, même parmi les États qui constituent les USA ! Loin de là. Selon Larregue, la bio-criminologie a servi de caution scientifique aux régimes totalitaires. C’est en partie vrai, mais c’est surtout faux. C’est faux, en Europe, par exemple, ils n’ont jamais attendu de voir les bosses à palper sous les crânes voilés des femmes pour les pointer du doigt. Ces policiers aux USA n’ont pas attendu le résultat du séquençage de l’ADN de George Floyd pour l’étrangler avant même de le mettre dans leur voiture. Les choses pour lesquelles on électrocute des humains aux USA ne sont pas les mêmes pour lesquelles on donne la mort en Thaïlande, en Chine, à Taïwan et au Viêt-Nam, à coup de substances médicamenteuses injectées à dose mortelle…ou par arme à feu comme au Bélarus, au Nigeria, en Somalie, alors qu’en Iran ou en Afghanistan on expédie les gens jugés sans être jamais passé au tribunal, à une grue pour y être pendu en public pour des motifs qui en Suisse feraient office d’infraction à la loi passible d’une peine correctionnelle. Au Soudan, on lapide les femmes accusées d’adultère avec des pavées plus gros que ceux du Mai 86 jusqu’à ce que la mort s’en suive, même si “l’adultère” –là encore selon leur définition de “l’infidélité” d’après la loi canonique- n’a pas encore été formellement prouvée, etc. La question de savoir s’il existe un « gène guerrier » (MAO-A, ou MonoAmine Oxydase A pour être précis) ou un gène “pour” la psychopathie ou “pour” un comportement violent et antisocial ne sait jamais posée puisque c’est depuis des générations et des générations c’est la loi basée sur les croyances et les dogmes qui codifie l’ensemble des droits. Et même les gouvernements ou états policiers c.-à-d. les régimes politiques dans lesquels l’accent est mis sur le contrôle de la population, au détriment des libertés individuelles, mais qui hésitent encore ou qui se disent laïques et compagnie, pourraient s’inspirer des USA (si ce n’est déjà fait comme dans d’autres domaines) ou y trouver justification, soutien ou label sous lequel perpétrer encore plus d’atrocités au nom du dieu Gène ….  D’autant plus que notre société («la société de la prévention» dont parle la criminologue Nicole Rafter dans « The criminal brain : Understanding biological theories of crime», New York, NYU Press, 2008) en général avec l’avènement et les progrès de la génétique, la montée (depuis le cancer jusqu’au terrorisme, la COVID-19, et en passant par la criminalité) n’est pas prête, voire faite pour ces théories elles mêmes servies avant maturité, car -et c’est par là que je pourrais rejoindre Larregue quand il dit que la bio-criminologie peut faire office de couverture scientifique aux régimes totalitaires- si elle n’est pas déjà bien rongée par la suspicion, la paranoïa, les amalgames, le catalogage, les préjugés, les a priori, les idées préconçues, etc., la probabilité de tomber sur les Béni-oui-oui de l’Oncle Sam ou les imitateurs serviles et approximatifs des pratiques américaines est très élevée.

Cela dit, quelle gloire finalement pour une science (“vraie” ou “fausse”) d’être mandée aux prétoires et usitée par un juge afin de blâmer ou acquitter ? J’entends bien, mais les facteurs scientifiques ne sont guère exploitées toutes seules et, plus particulièrement, comme le suppose Larregue mais sans donner suite,  il faut faire la différence entre les paramètres qui clarifient la personnalité du présumé suspect et ceux qui sont assemblés pour appuyer éventuellement sa responsabilité ou prouver son innocence. (cf. Larregue Julien, «Héréditaire. L’éternel retour des théories biologiques du crime », Le Seuil, Paris, 2020). Or, comme l’affirme le sociologue professeur de droit pénal Guy Casadamont : la criminologie communément, qui n’est pas du droit, ne peut être utilisée pour faire apparaître une culpabilité ou une innocence. (cf. Casadamont Guy, « Criminologie : le lieu et la formule. Une expérience en maison d’arrêt », Revue de science criminelle et de droit pénal comparé, 2011). D’ailleurs, si malgré tout, des théories dérivées de cette notion du déterminisme biologique du crime (« criminel un jour, criminel toujours »), sont convoquées de plus en plus à la barre depuis les années 90, elles s’étendent davantage en économie ou en psychologie qu’en criminologie comme le précise Larregue lui-même mais sans donner de justifications. Est-ce dû au fait que l’aspiration des criminologues biosociaux à déceler des segments d’ADN responsables des actes répréhensibles tellement disparates allant de l’infraction spécifique relative au fonctionnement des marchés financiers, au vol par effraction, ou au viol etc. est tout simplement absurde ? Si oui, à part le dessein d’assiéger l’espace criminologique, on voit mal quel serait dans ce cas la finalité ou l’arrière-pensée de ces criminologues biosociaux !?  Auraient-ils un plan politique ? …

Ainsi, sous ce rapport, exposer les rôles respectifs du juge et de “l’expert” dans le climat d’une supposée “lutte de pouvoirs” relève tout simplement de l’utopie.  Si le “scientifique” (ou la personne chargée de faire de l’expertise) clarifie, c’est toujours au juge que revient le rôle de décider au final, souvent sous le poids de la charge religieuse et/ou politique plus que sous celle qui relève de la science. Ça c’est éternel. Il y a autant de points de vue que d’experts et il n’y a pas à s’en étonner outre mesure. C’est le principe de la science que d’être éternellement débattue, aussi bien par rapport à ses emplois, ses fonctions, son utilité, voire sa légitimité… que vis-à-vis de ses aboutissements ou effets. Même le savoir scientifique acquis semble toujours essayé, toujours contrôlé, toujours critiqué nous dit Bachelard.

Par : Mountassir Bay Tamsamani, le 19/05/2023  



Citer ce billet
Mountassir Bay Tamsamani (2023, 20 mai). Retour sur le séminaire de Julien Larregue du Département de sociologie (Université Laval) intitulé : « Héréditaire. L’éternel retour des théories biologiques du crime », et qui a eu lieu le jeudi 10 novembre 2022 à 17h30, (zoom à distance depuis Canada pour Brest et Nantes). Carnet de recherches des étudiants EHST. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r45c

Publié par

Mountassir Bay Tamsamani

Hi ! My name is Mountassir Bay Tamsamani and as a student at The University of Western Brittany (France), a follower of Bachelardian thought, a lover of the humanities and deeply committed to humanitarian action, my main interest is in promoting access to knowledge through new technologies, artificial intelligence and data science applied to the humanities and social sciences, in particular Natural Language Processing. I would be delighted to discuss these or any other research topics.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search